FUTURE
French UniversiTy on Urban Research and Education

check
Skip to main content
19/02/2021

Retour sur le séminaire des projets « Impulsion »

 

Le séminaire des projets « Impulsion » de l’I-SITE s’est tenu le 12 janvier 2021 par visio-conférence. Les temps de présentation des projets étaient suivis de temps d’échange avec les personnes présentes aux sessions. 

 

L’événement avait pour objectifs : 

De valoriser les résultats et la dynamique des projets 

De partager avec la communauté scientifique les connaissances et méthodes développées dans les projets 

De faire un bilan des projets « impulsion » arrivés à mi-parcours 

De faire un bilan collectif avec l’ensemble des porteurs de projets du déroulement et du suivi des Appels à Projets « impulsion »

 

Au total, 20 projets ont été présentés selon des degrés d’avancement divers et des typologies spécifiques.

 

9 projets « Impulsion » arrivés à mi-parcours : ALLUVIUM, MAN, GAMES, MULTIFRAC, URBAN VISION, PARVIS, CITES des DAMES, WESTERN, NANO4WATER

6 projets « Impulsion » soutenus en 2020 : INTENS, URBAINS, MOVID-NS, URBANATURE, RECITYPLAST, PAVIM 

4 projets « Impulsion » accompagnés : METAMAQ, OPPENVU, CAPTEUR, QUALISCOPE 

1 projet « Tremplin » dont le suivi correspond au cadre des projets « impulsion » : WISE CITIES

 

La présentation des projets qui ont eu lieu lors de ce séminaire ainsi que les échanges qui se sont tenus, nous permettent de parvenir à la synthèse suivante :

La dynamique des projets « Impulsion 2017 et 2018 » arrivés à mi-parcours est forte. Cette dynamique globale se concrétise par l’établissement de nombreux partenariats et des réponses aux verrous scientifiques identifiés dans les projets. Les résultats scientifiques prennent, par ailleurs, des formes de valorisation variées et innovantes répondant aux standards de niveau international et exploitant avec pertinence des modes de valorisation novateurs. 

La crise sanitaire lié au Covid-19, a un impact réel mais encore limité sur les projets notamment en ce qui concerne l’organisation de séminaires et de réunions partenariales. On peut s’attendre, toutefois, à un impact notable sur les projets si la situation perdure et ce, particulièrement pour les projets qui viennent d’être lancés en 2020. Les demandes de prolongation devront être gérées en prenant, au cas par cas, les situations mais aussi, de manière globale, afin de respecter une certaine équité et le cadre fixé par l’ANR.

  • Résultats et valorisations :  l’identification des verrous scientifiques et des réponses qui sont adressées dans les projets font l’objet d’une fiche-bilan spécifique pour chaque projet. On peut remarquer, malgré tout, de manière générale, la qualité et la quantité des publications académiques produites et la richesse des modes de valorisations des résultats obtenus, soit par exemples : 
  • La construction de prototypes et de démonstrateurs permettant d’établir un lien entre les problèmes mathématiques de géométrie différentielle et les développements actuels en ingénierie mécanique (projet GAMES)
  • La conception et la création de maquettes interactives visuelles et sonores pour la valorisation du matrimoine urbain (CITES des DAMES)
  • L’organisation d’ateliers d’artistes pour l’élaboration de scénarios urbains prospectifs questionnant les représentations fictives des acteurs de la ville (habitants, décideurs, constructeurs, etc) (PARVIS)
  • L’organisation d’ateliers de fabrications de prototypes de bâtiments en terre-crue (ALLUVIUM)
  • Le dépôt de brevets et la création d’une start-up pour l’analyse chimique de l’eau et la détection des plastiques (NANO4WATER)

Le rapport scientifique de la période probatoire sera, dès lors, en mesure de montrer que les projets soutenus par l’I-SITE répondent non seulement au Projet Scientifique initial mais le font évoluer et l’enrichisse par la diversité des disciplines représentées et des sujets proposés et soutenus mais aussi par le caractère innovant des modes de valorisations des résultats obtenus

 

Pluridisciplinarité : l’association de disciplines non-connexes en réponses aux défis scientifiques présentés dans les projets est avérée et va, parfois, au-delà de ce qui était attendu dans le cadre des projets « impulsion ». Cette association fait l’objet d’une acculturation progressive et longue dans le cas d’associations de disciplines très éloignées (ex : informatique et littérature, chimie des matériaux et sociologie, etc).  La deuxième phase des projets « impulsion » devra s’attacher à la production de résultats communs entre les acteurs de ces disciplines associées. Cet objectif de production représente un défi bien identifié par les porteurs de projets en faveur d’une interdisciplinarité effective ; 

Mise en réseaux et partenariats innovants : on peut noter, enfin, une richesse et une diversité des partenariats développés dans les projets (O.N.G, résidences d’artistes, partenaires industriels, classe de l’enseignement secondaire, etc). Ces partenariats ont un impact sur : 

La visibilité internationale du consortium I-SITE dans le cadre du recrutement de professeurs invités.

L’effet leviers de projets dans le cadre de partenariats académiques et socio-économiques (co-financements de thèses, réponses à des Appels à Projets nationaux et européens, etc.)

La formation dans l’enseignement secondaire et supérieur dans le cadre de partenariats avec des lycées, de recrutements de stagiaires ou du développement de formations spécifiques conjointes au développement des projets soutenus. 

 

Ce séminaire des projets « impulsions » de l’I-SITE s’est tenu à distance. Malgré ces circonstances, on pouvait compter pour chaque session la présence de 20 à 30 participants pour une participation globale, sur l’ensemble de la journée, d’environ 100 personnes (en prenant en compte les porteurs de projets). Ce nombre de participants vient agréablement répondre à la demande formulée - lors du séminaire de restitution des projets « exploratoire » 2017- d’une ouverture des évènements de restitution des projets de l’I-STE au-delà de la seule communauté des porteurs de projets. 

Pour la suite du projet de l’initiative I-SITE, des formes nouvelles d’organisation d’événements de communication et de valorisation scientifique seront imaginés et proposés sous la forme de « studios de recherche » (Ecole Urbaine de Lyon), de « petits » labex thématiques. Le positionnement de ces formes d’organisation devra être précisé afin de ne pas se substituer aux dynamiques déjà existantes au sein de communautés de chercheurs spécialisées et actives et afin de répondre aux objectifs d’interconnaissances, de fédération des communautés et d’interdisciplinarité de notre initiative. 

En partenariat avec

 
 
keyboard_arrow_up